Née en 1924, Carla Accardi s'est formée à l'Accademia di belle arti, à Florence, avant de s'installer à Rome en 1946. Elle est affiliée au groupe d'artistes italiens Forma 1,  qui s'est efforcé de faire une place à l'abstraction artistique dans le cadre d'un programme politico-esthétique marxiste.
Accardi est connue pour ses abstractions géométriques et ses toiles déconstruites. À bien des égards, son œuvre est emblématique de l'après-guerre ; elle met en évidence l'effondrement radical et irréversible de tous les discours culturels et politiques dans une Europe minée par la Solution finale et la rhétorique ineffaçable du Troisième Reich. Alors que l'approche marxiste des objets culturels exigeait la promulgation d'une vision du monde particulière, Forma 1 a cherché à poser le rejet délibéré de la représentation claire par le groupe comme une décision significative de privilégier la forme et le signe ; quelque chose qui pourrait transcender les limites implicites de la figuration. Le groupe s'est finalement dissous dans les années 1960, mais Accardi a continué à privilégier l'abstraction. L'introduction progressive de la calligraphie arabe et d'éléments quasi-hiérographiques dans l'œuvre de l'artiste a servi plus d'expérience formelle et conceptuelle que de mouvement vers la figuration.
Les formes gestuelles et linéaires de Carla Accardi semblent brouiller les distinctions entre la forme, le symbole et l'écriture, et brisent de manière ludique l'attribution traditionnelle du sens à la réalisation de marques.